Chapitre 2

> La règle du jeu

> la boite à outils

> résumé des chapitres

Les textes que vous trouverez à la suite sont ceux qui, depuis le 17 mars, se sont écrits spontanément au jour le jour sur le groupe Facebook  Artistes et auteurs aux alentours de Niort. Il s’agit d’un premier jet, d’une version O qui sera retravaillée ultérieurement.

Ce sont des textes en cours d’écriture.

 

MÉLUSINE EST FATIGUÉE

Chapitre 2

La neige avait recommencé à tomber et le vent se levait lorsque mademoiselle Lafigue sortit de la gendarmerie. Elle releva le col de son manteau et d’un pas nerveux traversa la place en direction de l’école. Le curé qui se dirigeait vers la maison de Bastien, tenant sa soutane à deux mains pour qu’elle ne s’envole pas sous les bourrasques, lui jeta un œil soupçonneux. L’institutrice détourna le regard, s’engouffra sous le préau et regagna sa classe. Le poêle qui avait été alimenté toute la journée dégageait encore un peu de chaleur et elle s’y réchauffa les mains un instant. Elle s’assit à son bureau en essuyant ses larmes, sortit une feuille de papier blanc et, d’une écriture riche de pleins et de déliés, elle commença à écrire :

Ma très chère amie,

Tu es bien la seule à qui je puisse confier ce qui s’est passé aujourd’hui. Je sais que tu es une amie fidèle et que jamais tu ne dévoileras mon secret.

Il était huit heures, les enfants rentraient en classe, j’attendais les derniers retardataires devant la grille de l’école, quand tout à coup mon cher Bastien est sorti à la porte de son auberge. Il m’a fait un petit signe de tête discret et il semble qu’alors il ait perdu connaissance. Il s’est écroulé et sa tête a heurté la marche en pierre. Sa femme est alors arrivée en hurlant, tu sais comme elle est à moitié folle. Elle criait partout avoir vu Mélusine sous la forme d’un serpent ! Je suis restée sans bouger alors que tout mon corps et mon cœur m’intimaient l’ordre de courir vers lui, de le prendre dans mes bras, de lui parler, de l’appeler, de caresser sa tête qui saignait. J’ai dû faire un effort surhumain pour ne pas bouger et continuer à accueillir mes élèves dont certaines paraissaient très choquées. Je ne sais pas comment j’ai pu terminer la journée, je n’en n’ ai plus aucun souvenir. J’étais sans nouvelles, j’imaginais le pire, et en effet le pire est arrivé. Bastien est mort.

Le soir même j’ai été convoquée à la gendarmerie parce que j’étais la seule personne adulte à avoir assisté à la scène, et depuis les gens me regardent d’un drôle d’air. Se pourrait-il que quelques-uns aient été au courant de l’amour qui nous unissait ? Je t’embrasse ma très chère amie. Pense à moi qui pleure toutes les larmes de mon corps.

Joséphine

Quelques coups discrets venaient d’être frappés à la porte et mademoiselle Lafigue se leva en soupirant pour aller ouvrir. Sur la pas de la porte, son chapeau entre les mains, se tenait le maire.

-Bonjour mademoiselle, dit -il.

-Bonjour monsieur le maire, répondit l’institutrice.

-Puis-je entrer ?

-Oui, bien sûr, excusez-moi, répondit-elle en le faisant pénétrer dans la salle de classe, accompagné d’une bourrasque de neige.

Elle referma vivement la porte et se retrancha sur l’estrade, derrière son bureau.

-Vous savez, mademoiselle, que je n’accorde que peu d’importance aux ragots mais je viens d’avoir la visite de la femme de Bastien. En plus d’être bouleversée par la mort de son mari, quoi de plus légitime quand on vit cette horreur, elle m’a dit que vous étiez bizarre le jour où on l’a trouvé mort.

– Bizarre monsieur le maire ? Mais comment ça bizarre ?

– Bizarre. Elle vous a vu juste avant la classe attendant les enfants et elle à vu votre tête…

-Ma tête ?

Mademoiselle Lafigue sentait son cœur taper dans sa poitrine. Son Bastien venait de mourir et maintenant les histoires venaient jusqu’à elle…

– Comment ça ma tête monsieur le maire ?

– Et bien, selon elle, vous cachez des choses.

Joséphine sentit ses joues chauffer, c’était sûr, ils étaient au courant. Mais qu’allait-il advenir d’elle ? Sa réputation ? Elle allait devoir quitter le pays aussi loin que possible… Et son Bastien qui n’était plus…

– Mon Dieu, que voulez-vous que je cache ? J’ai vu cet homme mort, gisant au sol. Nous nous connaissons tous ici, que voulez-vous que je vous dise ? J’étais choquée ! Qui ne le serait pas ?

– Non pour elle il y aurait autre chose…

Ça y est… Tout est fini. Ma pauvre Joséphine tout est fichu.

– Mais que voulez-vous qu’il y ait monsieur le maire ? Cette pauvre femme divague dans sa tristesse…

– C’est possible, mais elle clame haut et fort, qu’elle est sûre que vous…

Ne pas s’évanouir, ne pas s’évanouir, se répétait Joséphine au bord du chaos. Pour elle tout s’arrêtait ici. Son amour perdu, sa vie, son travail et sa réputation…. Aurait-elle même le droit de dire au-revoir aux enfants ? Et s’ils la mettaient en prison ?-

Elle est sûre que vous avez vu Mélusine mordre son mari, mademoiselle Lafigue.

– Mé…Mélusine ?

L’espace d’un instant, Joséphine sentit le sol se dérober sous ses pieds. Un instant plus tôt, elle craignait d’être bannie, ou pire, et là, Mélusine venait à son secours.

– Oui. Je suis désolé de parler de tout ça, mais elle est persuadée que, comme elle, vous avez tout vu. Je vous en conjure, il faut tout me dire.

– M… Mais… Non !

– Comment ça non ?

– Non ! Je n’ai rien vu ! J’ai juste vu son mari tomber au sol, avant que l’attroupement vienne tout cacher… Je vous assure !-

Mais il ne faut pas vous mettre dans cet état !

Joséphine les yeux fixes et l’haleine courte, vivait l’ambivalence; d’une part le soulagement de n’être pas découverte et de l’autre la douleur de revoir sans cesse tout ce sang, le sang de son Bastien.

Monsieur  le maire, qui ne croyait ni aux histoires de bonnes femmes en général ni à celle de Mélusine en particulier, se sentait gêné de la voir dans cet état et de penser que cet être si fragile, pour qui il avait une attirance secrète, était aussi choqué. Il tenta de lui attraper la main pour la calmer, mais la jeune femme évita délicatement le contact.

– Bon je vais vous laisser pour l’instant. Soyez courageuse et essayez d’oublier ces images… Je reviendrai sûrement vers vous.

Il la salua d’un hochement de tête compréhensif et tourna les talons…

Malgré le froid qui s’était installé dans la salle de classe et qui avait envahi Joséphine Lafigue, celle-ci sentait la sueur perler sur son front. La sensation d’étouffer l’envahit. Elle saisit son sac et son manteau et sortit dans la cour. La neige avait cessé de tomber, le vent s’était calmé et en cette fin de journée pourtant dramatique le village semblait paisible. Quelques hommes et quelques femmes entraient et sortaient de la maison de Bastien, sans doute pour présenter leurs condoléances à la veuve. Tournant le dos à l’auberge Joséphine fit quelques pas en direction du chemin qui menait à la fontaine. En elle se réveillaient les souvenirs de sa première rencontre avec Bastien.

C’était il y a déjà si longtemps; du moins, c’est ce qu’il lui semblait. Dès son arrivé au village pour ce premier poste d’institutrice, c’est Bastien qu’elle avait rencontré. C’est lui qui lui avait indiquée le chemin jusqu’à l’école et son logement de fonction. Il lui avait même proposé de porter ses bagages et de la guider .
Elle avait accepté, et dès le premier regard échangé elle avait été troublée. Ses yeux….Oui, voilà, c’est de cela dont elle se souvenait surtout. De ce regard rieur qui disait tout, de cette joie de vivre qui habitait ce regard bleu azur, perçant qui l’avait transpercée jusqu’à l’âme.
Oui, c’est bien à ce moment-là qu’elle avait ressenti comme un trouble, un émoi, sans savoir qu’il allait dériver jusqu’à l’amour. Un amour pur, sincère, sans réflexion.-On y va madame ? avait-il demandé. Ou mademoiselle peut-être ?-Oui, pardon, s’excusa-t-elle en s’apercevant qu’elle le fixait de façon ostentatoire à la limite du gênant, et c’est mademoiselle.-Ah, parfait, alors suivez-moi s’il vous plaît mademoiselle.Pauvre Joséphine ! Maintenant elle était là, seule, assise auprès de la fontaine ! Et elle sanglotait, pleurant son amour perdu. C’est ici qu’ils se retrouvaient chaque jour lorsque les enfants avaient quitté l’école et que l’auberge s’était vidée des clients du midi en attendant ceux du soir. Chacun de son côté se dirigeait vers la clairière au bout du chemin et à chaque fois c’était le même bonheur de ces heures volées. Ils parlaient, se caressaient, s’aimaient. Elle faisait des projets d’avenir auxquels il répondait que ce ne serait pas facile mais que l’amour a raison de tout, et ils se séparaient avec la promesse de se revoir le lendemain.Elle se leva , et emprunta le sentier qu’ils avaient si souvent pris ensemble, serrant contre son cœur le petit sac à mains que Bastien lui avait offert et dont elle ne se séparait jamais. Elle dépassa la clairière, s’enfonça dans la forêt et marcha, marcha longtemps, indifférente à la nuit qui tombait. Elle dépassa le Roc Cervelle et eut une pensée pour la petite Angèle qui croyait si fort à l’existence de la fée Mélusine.
Le chemin se faisait plus petit, plus escarpé, la nuit commençait à tomber et la jeune femme était déjà bien loin de la clairière qui avait abrité ses amours avec Bastien quand elle mit le pied dans un trou et trébucha. Portant ses mains en avant pour amortir la chute elle laissa échapper son sac. Celui-ci tomba au sol, s’ouvrti , et se mit à rouler dans la pente du sentier. Consternée mademoiselle Lafigue ne put qu’assister à la dispersion de son contenu dans le raidillon qui plongeait au cœur de la forêt. Ce furent d’abord ses clés, qui roulèrent à quelques mètres d’elle et qu’elle ramassa rapidement, puis la montre gousset qui avait appartenu à son père qui roula au loin en cliquetant contre les cailloux. Elle précédait un petit miroir, un porte-monnaie, une fibule, un peigne. Tout cela dériboulait dans la pente, s’immobilisant parfois avant de rebondir et, en se posant, dessinait un chemin vers un puits dont Mademoiselle Lafigue ne voyait pas le fond. Des billets de train, un mouchoir brodé, une lettre de Bastien avaient échoué à ses pieds, elle s’en saisit et s’avança aussi prudemment qu’elle le pouvait. Elle ramassa un anneau et un bracelet, cadeaux de Bastien. Elle s’accroupit pour éviter de tomber et se laissa glisser dans la pente pour attraper sa brosse à cheveux, un miroir et un petit sachet rempli d’herbes. Un peu plus bas elle aperçut la petite clé et son cordonnet rouge, Elle tendit la main, s’accrocha à un arbuste, tenta d’allonger le bras, mais au moment où elle s’en approchait elle se sentit glisser et dévaler la pente.
La chute fut longue, elle rebondit sur les cailloux, sentit les branches des arbres lui balayer le visage et les mains, puis plus rien. Avant de s’immobiliser à la bordure de la forêt, mademoiselle Lafigue avait perdu connaissance.
Quand elle ouvrit les yeux, quelques heures plus tard elle avait perdu toute notion du temps. Combien de temps était-elle restée évanouie ? Impossible de le savoir. Il fallait qu’elle reprenne ses sens d’abord. Elle se redressa. La chute avait été rude et elle avait mal partout. Son dos la tiraillait, sa tête lui faisait mal et son pied ne s’était pas arrangé, elle pensait s’être au mieux foulé la cheville, au pire elle était cassée.

Une petite fille sortit alors de l’ombre :-Ça va, mademoiselle, lui demanda-t-elle.L’institutrice répondit avec peine que oui, oui, ça allait et elle tenta de se mettre debout, mais ses jambes ne la portaient pas et elle retomba lourdement sur le sol. Elle regarda autour d’elle et reconnut Angèle, puis elle distingua la forme d’une vieille cabane.-Mais… ou sommes-nous, balbutia-t-elle-On est chez la sorcière, répondit Angèle.-Chez la sorcière, mais qu’est-ce que tu fais là Angèle ? Il faut que je rentre chez moi, ajouta-t-elle sans attendre la réponse.-Mais vous ne pouvez pas marcher, dit Angèle. Et regardez votre pied, il est tout gonflé.Mademoiselle Lafigue jeta un regard désespéré à son pied puis au contenu de son sac qui gisait maintenant dispersé dans la neige.-S’il te plait Angèle, veux-tu bien récupérer mes affaires, il y en a un peu partout.Angèle s’exécuta et mademoiselle Lafigue remit délicatement les objets à l’intérieur. Mais soudain elle poussa un cri.-Ma petite clé, ma petite clé, je ne la vois pas, elle est perdue …, cherche bien Angèle, cherche bien… .

Consciencieusement Angèle fouillait le sol à la recherche de la petite clé. Elle dégageait la neige, écartait les buissons givrés, s’éloignait, se rapprochait.
-Je ne la vois pas, mademoiselle. C’est grave si on ne la retrouve pas ?
-Oui, c’est très grave, cherche encore.
-Il faut rentrer mademoiselle, il fait nuit, on ne voit plus rien. Je vais vous aider.
Mademoiselle Lafigue accepta à regrets et, soutenue par le bras d’Angèle, elle réussit à rejoindre la cabane. La vieille la fit étendre sur un grabat et observa sa cheville.
-Tu sais petite, dit-elle, tu sais que tu as eu beaucoup de chance, cette chute aurait pu te coûter la vie.
Joséphine, pétrie de douleur, entendait la vieille, mais les battements de son coeur, tapant dans sa gorge, lui ôaient toute volonté de parler.
-Bon déjà, toi la petite nigaude, dit la vieille en s’adressant à Angèle, tu vas mettre ce coussin de paille sous sa jambe… C’est quoi votre prénom ?”
– Jo…… Joséphine.
-Ben voilà comme ça elle aura moins mal, dit la vieille en soulevant la jambe avec assurance afin qu’Angèle y glisse le ballot de foin,
-Tu vois petite, pour ce genre de mal, il faut bien surélever la cheville.
Elle reposa délicatement la jambe de Joséphine et se retourna pour préparer sa mixture.
Angèle pointa son doigt vers l’écuelle.
– C’est quoi ça madame, demanda-t-elle
-Madame ? Tu m’en fous des « madame » toi… C’est de l’argile verte, ça va l’aider à désenfler sa cheville., répondit la vieille tout en ajoutant une poignée de plantes
fraîches…
– Et ça c’est de l’herbe ?
La vieille s’efforçait de ne pas montrer son amusement
. Oui de l’herbe comme tu dis, nigaude…
– Et ça sert à quoi ?
– Ca va aider la belle, demain il n’y paraîtra rien.
Elle venait de jeter de la consoude et du plantain dans l’écuelle, et maintenant, à l’aide d’une pierre polie, juste parfaite pour sa main, elle écrasait le végétal et l’incorporait à l’argile. Angèle était fascinée par la maitrise du geste de la vieille. Elle trouvait ça magique, mais quoi de plus normal quand on est une sorcière ! Pour autant, elle ne ressentait aucune peur, plutôt de l’admiration… Ses yeux brillaient et sa tête bien remplie emmagasinait toutes les informations…
– Mais tu vas en faire quoi ?
– Quoi ? Mais je vais le mettre sur sa cheville…
– Et ça va la soigner
– Hé oui…
Joséphine, dans un état de conscience brouillé, avait quelques soubresauts. La douleur de sa cheville crispait son visage, mais derirère ses yeux clos, c’est Bastien qu’elle voyait. La vieille finissait son onguent à côté d’Angèle dont le nez plongeait dans l’écuelle.
– Pousse-toi, tu me gênes, lança la vieille, amusée par tant de curiosité.
-Tiens, tu vas m’aider.
Elle tendit l’écuelle à à Angèle, qui la prit fièrement sur le plat de ses deux mains.
-Viens là.
Angèle s’exécuta
– Tu vas lui mettre sur sa cheville ?
– Hé oui…
La vieille avait ramassé et étalé le remède en plusieurs couches, tout autour de la cheville de Joséphine.
– Tiens, donne-moi ça , dit-elle en pointant quelques bandelettes de chiffon, du bout de son doigt crochu. Elle les enroulait maintenant, autour de la cheville de
Joséphine.
– Et tu crois qu’elle va guérir ?
– Pour sûr petite idiote ! Pourquoi crois-tu que j’ai fait tout ça ?
– Désolée…
Angèle prenait tout à coup la dimension de ce qui se passait. Non, ce n’était pas un jeu, non cette femme n’était pas la folle que l’on voulait bien railler. Elle savait comment soigner.
Et puis il y avait cette bassine derrière sa cabane.
C’est une sorcière, mais elle est gentille, se dit-elle. La vieille devinait les réflexions d’Angèle et sans relever son visage, en cachant son regard, elle esquissa un sourire.
Mais Joséphine s’agitait.
– Mmmmm…
– Elle à mal… dit Angèle en regardant la vieille avec un regard compatissant.
– Oui, mais c’est son cœur qui lui fait le plus mal…
– Elle s’est fait mal au cœur aussi, demanda Angèle les yeux écarquillés,
– Non, ça d’autres s’en sont chargés…
– Je ne comprends pas…
– A ton âge, il n’y a rien à comprendre… Tu veux un godet d’eau chaude ? Avec de la menthe et des fleurs ?
– Oh oui ! La vieille saisit quelques fleurs de Millepertuis sèches et un peu de menthe fraîche cueilli près de la fontaine. Elle y versa de l’eau bouillante puis le posa devant Angèle, assise à la vieille table.
– Fais attention c’est très chaud !
– Oui je connais quelques tisanes que prépare ma tante pour digérer…
– Alors fais attention…
Joséphine revivait la scène tragique. Son amour gisant à quelques pas d’elle, au sol. Personne autour, à part la femme qui hurle que Mélusine vient de tuer son mari.
Mais l’onguent de la vieille femme faisait son effet et bientôt, apaisée, elle ferma les yeux.
Dans son jardin imaginaire, le regard lointain, elle serre un objet dans la main gauche et se souvient. Elle revoit la vieille fontaine endormie où l’eau s’écoule comme à regret et la montre très ancienne poinçonnée d’or, qu’elle porte au poignet et qui allonge les temps à venir. Une étincelle se détache de son regard de feu, transperçant un oiseau de passage. Mais c’est l’heure de partir déjà avant que le jour ne tombe. C’est l’heure de tous les dangers.
En attendant le réveil de mademoiselle Lafigue, Angèle s’était assise auprès du feu et elle regardait les flammes, les yeux dans le vague.
-À quoi tu penses, gamine, demanda la vieille femme.
-Je suis sûre que vous le savez, répondit la fillette.
-Ah ! Tu es maline toi ! Oui, je le sais. Tu penses que tes parents vont s’inquiéter.
-Exactement, répondit Angèle en se détournant du feu. Il faut que je rentre.
-Non, ils ne s’inquiètent pas.
-Mais je ne suis pas rentrée dormir chez eux. Ils doivent penser que je suis perdue et ils me cherchent certainement.
-Je peux te dire qu’ils ne s’inquiètent pas du tout, répondit la sorcière en riant.
-Et pourquoi ?
-Parce que le temps d’ici n’est pas le même que le temps du village.
-Comment ça ?
-Tu es avec moi depuis hier ?
-Oui.
-Et bien pour tes parents il ne s’est passé que quelques secondes. Ton père coupe du bois, ta mère nourrit les poules et la soupe n’est même pas encore en train de cuire.
-Comment c’est possible ?
-La magie, petite, la magie. Tu peux rester ici pendant une année entière, pour tes parents, tu auras à peine une demi-heure de retard.
Angèle resta silencieuse un moment.
-Mais… mais ce que j’ai vu dans la bassine ? reprit-elle. J’ai vu mademoiselle Angèle rentrer chez les gendarmes. Du temps s’était passé, bien plus que quelques secondes.
-Oui. Ce que tu as vu dans la bassine, ce n’était pas le moment présent, c’était …
Angèle sauta sur ses pieds et interrompit la vieille femme :
-… c’était l’avenir !
Texte mise en forme à partir des propositions de Nathalie Balière Guinot, Frédéric Orry et Marie Le Guilcher. Illustrations proposées par Angélique Morelle.

Vous pouvez participer à tout moment en vous connectant sur le groupe. 

Vous lisez, vous écrivez, vous votez comme il vous plait, et à chaque fois que vous en avez envie. Il n’y a aucune obligation ni engagement.

Et bien entendu c’est gratuit.

> lire la préface

> lire le chapitre 1

> lire le chapitre 3

> lire le chapitre 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *