Préface

> La règle du jeu

Les textes que vous trouverez à la suite sont ceux qui, depuis le 17 mars, se sont écrits spontanément au jour le jour sur le groupe Facebook  Artistes et auteurs aux alentours de Niort. Il s’agit d’un premier jet, d’une version O qui sera retravaillée ultérieurement.

Ce sont des textes en cours d’écriture.

PRÉFACE

MÉLUSINE EST FATIGUÉE

(titre provisoire)

Mélusine est fatiguée ! toutes ces années passées, ces périodes accumulées, ces Ages dépassés ! elle a vu le Monde se créer. Elle est née d’une idée, d’une pensée. Elle a connu la Terre toute peuplée de créatures ensorcelées, de flores immenses de beauté. Elle a vu Gaïa se transformer, se mouvoir à en séparer les Mondes et les idées.
Puis elle a vu l’Homme arriver. Petit être fragilisé qu’elle a pensé aider. Comme Merlin de Brocéliande a apprivoisé le Dragon afin de mieux les rois accompagner et instaurer une Terre équilibrée, Mélusine a aimé Raymondin de Lusignan et lui a apporté dix fils pour qu’à leur façon, ils laissent la Terre s’équilibrer et l’Univers tout entier. Mélusine s’est cachée, seule la Nuit la connaissait.
Las ! un autre Dieu est arrivé et il a dit aux Hommes qu’ils étaient ses fils et, qu’en cela, ils domineraient la Terre. Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre. »
Alors l’Homme s’est séparé de sa mère Nature, l’Homme s’est senti Dieu alors qu’il n’était que fragilité et orgueil. L’Homme est devenu amer et puissant d’ors et de grandeur ! l’Homme a cru maîtriser le Monde et il l’a dévasté. Merlin l’a deviné et il s’est endormi près du Dragon, attendant qu’il se réveille. Et il se réveillera, bientôt !
Mélusine a tout quitté. Son mari s’est cru puissant au point de rompre ses promesses sacrées. Mélusine a tout quitté ! Mélusine s’est cachée ! Mélusine est fatiguée de ces Hommes qui courent vers leur funeste destinée !
Mélusine erre dans les forêts poitevines. Elle survole la nuit les cités qu’elle a créées pour eux, pour ses fils, pour personne ! nul ne peut la distinguer. Mélusine est comme l’air du soir, simple pensée, unique idée.
Alors pourquoi cette petite fille rousse sembl-t-elle la fixer ? Mélusine se tourne et s’interroge. Nul Être aux abords de l’orée. Seul les restes d’un vieux moulin usé.
« – Bonjour Fée Mélusine ! » la petite fille l’a regardée, la petite fille l’a appelée et Mélusine est réveillée !

texte de Michel Fleck
Illustration proposée par Marie Rohaut Fleck
Chapitre 3 en cours d’écriture sur le groupe Facebook

Vous pouvez participer à tout moment en vous connectant sur le groupe. Vous lisez, vous écrivez, vous votez comme il vous plait, et à chaque fois que vous en avez envie. Il n’y a aucune obligation ni engagement. Et bien entendu c’est gratuit.

> chapitre 1

> chapitre 2

> chapitre 3

> chapitre 4

> RETOUR À L’ATELIER EN LIGNE “ÉCRIRE ENSEMBLE”

me contacter

RETOUR À L’ACCUEIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *